Fredericton, le 16 décembre 2020 – La commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick, Shirley MacLean, a déposé son premier rapport annuel depuis son entrée en fonction en janvier 2020. Traitant de l’exercice financier 2019-2020, le rapport résume les plaintes reçues durant l’exercice en question, donne un aperçu des suggestions du Commissariat relativement à la révision de la Loi sur les langues officielles (LLO) à venir, et souligne les activités de promotion entreprises dans le cadre du 50e anniversaire de la LLO en 2019.

« La pandémie de la COVID-19 nous a démontré que nous avons encore beaucoup de chemin à faire afin d’atteindre une égalité réelle entre nos deux langues officielles au Nouveau-Brunswick, » a déclaré la commissaire MacLean. « Pendant le premier mois de la pandémie en mars 2020, le Commissariat a reçu de nombreuses plaintes relatives aux points de presse gouvernementaux sur la COVID-19. Étant donné l’attention immédiate que méritait cette situation, notre bureau a formulé des recommandations par l’entremise du processus alternatif de résolution des plaintes. En temps de crise, il est important d’assurer un traitement égal aux deux langues officielles de la province. Une langue qui n’est disponible que par la voie de l’interprétation n’est pas traitée d’une manière égale à l’autre. »

Durant la période allant du 1er avril 2019 au 31 mars 2020, le Commissariat a reçu 133 plaintes. De ce nombre, 62 plaintes étaient recevables, soit 53 alléguant le manque de service en français et neuf alléguant le manque de service en anglais.

En vertu de la Loi sur les langues officielles, le premier ministre est tenu d’entreprendre un exercice de révision de cette dernière, lequel doit être terminé au plus tard le 31 décembre 2021. Le rapport annuel 2019-2020 comprend 12 recommandations afin de bonifier la LLO de façon à permettre une progression vers l’égalité des deux langues et des deux communautés linguistiques officielles du Nouveau-Brunswick. Entre autres, la commissaire propose :

  • de préciser les obligations des services de police,
  • d’inscrire dans la LLO le droit des fonctionnaires provinciaux de travailler dans la langue officielle de leur choix, et
  • la mise en œuvre de mesures pour améliorer la conformité à la LLO, notamment des délais précis pour les réponses aux rapports d’enquête et la possibilité de conclure des ententes exécutoires avec les institutions qui contreviennent régulièrement à la LLO.

En 2019, le Nouveau-Brunswick célébrait le 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles. Le Commissariat a créé une série de vidéos promotionnelles afin de marquer l’occasion. Les vidéos ont souligné les nombreux avantages qu’apportent les deux langues officielles ainsi que l’importance de se prévaloir d’un service public dans la langue de son choix. Elles ont aussi rendu hommage à tous ceux et celles qui font l’effort d’apprendre l’autre langue officielle. Diffusées en ligne et à la télévision, ces vidéos ont été visionnées plus de 100 000 fois.

« J’ai énormément appris pendant mes premiers mois en tant que commissaire aux langues officielles, » a ajouté la commissaire MacLean. « Pendant mon mandat, je souhaite non seulement protéger les droits de toute la population néo-brunswickoise en matière de langues officielles, mais aussi être en mesure de faciliter de nombreux échanges. Car c’est ainsi que nous apprendrons à nous comprendre afin de favoriser le respect pour nos deux communautés linguistiques officielles. »

 

Renseignements pour les médias :
Véronique Taylor
Communications, Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick
506-444-4229 ou 1-888-651-6444 (sans frais)
Veronique.Taylor@gnb.ca