le 2 février 2022

Réaction au rapport sur l’apprentissage des deux langues officielles

Fredericton, le 2 février 2022 – La commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick, Shirley MacLean, a pris connaissance du rapport portant sur l’apprentissage des deux langues officielles publié aujourd’hui par les commissaires Yvette Finn et John McLaughlin.

« Bien que l’apprentissage des langues officielles ne fasse pas partie de mon mandat en tant que commissaire aux langues officielles, ce sujet est d’un grand intérêt pour le Commissariat, car le bilinguisme individuel a des impacts sur la capacité de nos institutions gouvernementales à assurer un service de qualité égale dans les deux langues officielles à l’échelle de la province », a déclaré la commissaire MacLean.

La commissaire est heureuse de constater que le rapport reconnait l’importance de la continuité dans l’apprentissage des langues. Le rapport contient des recommandations visant à améliorer l’apprentissage des langues secondes dans le système éducatif de la province à partir de la petite enfance ainsi que pour la population adulte, en notant l’importance de l’utilisation des langues secondes dans des contextes sociaux pour favoriser l’interaction, la compréhension, et l’appréciation interculturelles.

En autres sujets, le rapport formule quelques recommandations ayant trait aux règles d’admissibilité scolaires selon la langue. Le Commissariat aux langues officielles souhaite rappeler au gouvernement qu’en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés, la communauté linguistique française et la communauté linguistique anglaise du Nouveau-Brunswick ont le droit à des institutions d’enseignement distinctes nécessaires à leur protection et à leur promotion. Cette garantie constitutionnelle et les principes de protection de la minorité linguistique doivent guider toutes modifications législatives apportées à cet égard.

« Je tiens à remercier encore une fois les commissaires, ainsi que leur équipe, pour ce travail de consultation détaillé, » a ajouté la commissaire MacLean. « Maintenant que le mandat des commissaires est accompli, j’invite le premier ministre à déposer sans tarder un projet de loi afin de réviser la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick et d’ainsi améliorer le respect des droits linguistiques pour tous. »

 

Renseignements pour les médias :
Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick
506-444-4229 ou 1-888-651-6444 (sans frais)
commissaire@languesofficielles.nb.ca

le 15 décembre 2021

Rapport de la révision de la Loi sur les langues officielles : un bon départ

Fredericton, le 15 décembre 2021 – La commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick accueille favorablement le Rapport de la Révision 2021 de la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick déposé aujourd’hui. Elle applaudit notamment les recommandations visant la création d’une entité centrale dédiée aux langues officielles au sein de l’appareil gouvernemental, la mise sur pied d’un comité permanent des langues officielles à l’Assemblée législative, les mesures pour accroître l’efficacité du Commissariat et l’inclusion explicite des foyers des soins dans la Loi.

« Un ministère provincial des Langues officielles pourrait appuyer le premier ministre dans l’application de la Loi, » a déclaré la commissaire MacLean. « C’est une recommandation que nous avons faite à maintes reprises et je suis convaincue que la création de cette entité donnera enfin au dossier des langues officielles le profil dont il est digne dans la seule province officiellement bilingue au Canada. »

Bien que la commissaire estime que la création d’un ministère des Langues officielles contribuera à assurer un meilleur respect de la Loi et à faire en sorte que les fonctionnaires provinciaux puissent travailler dans la langue de leur choix, elle aurait aimé voir une recommandation plus ferme afin de clairement inscrire dans la Loi le droit des fonctionnaires provinciaux de travailler dans la langue officielle de leur choix.

« J’encourage maintenant le gouvernement à agir rapidement afin de donner suite aux recommandations présentées, » a ajouté la commissaire MacLean. « La population a été consultée, l’analyse a été menée, et c’est maintenant le temps de passer à l’action. J’incite le premier ministre et tous les membres de l’Assemblée législative à assurer la présentation et l’adoption d’un projet de loi dans les meilleurs délais. »

La commissaire aux langues officielles tient à remercier les commissaires Finn et McLaughlin, ainsi que leur équipe, d’avoir effectué ce travail d’envergure. Elle tient aussi à souligner la participation des nombreux organismes et personnes qui ont pris le temps de participer à cet important exercice de révision.

 

Renseignements pour les médias :
Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick
506-444-4229 ou 1-888-651-6444 (sans frais)
commissaire@languesofficielles.nb.ca

le 27 octobre 2021

Rapport annuel 2020-2021 du Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick

Fredericton, le 27 octobre 2021 – Les langues officielles continuent d’être reléguées à l’arrière-plan dans les communications liées à la COVID-19. Voilà une des principales conclusions du rapport annuel 2020-2021 de la commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick, Shirley MacLean. Son deuxième rapport, publié aujourd’hui, souligne les défis posés par la pandémie de la COVID-19, présente les principaux développements dans le domaine des langues officielles, fait état des plaintes reçues, et offre une série d’études de cas traités en 2020-2021.

« Pour une deuxième année consécutive, la pandémie de la COVID-19 a eu d’importantes répercussions sur la prestation des services dans nos deux langues officielles, » a déclaré la commissaire MacLean. « La pandémie a bouleversé la grande majorité des institutions gouvernementales de notre province. Elles ont dû adapter leurs services et communiquer avec la population néo-brunswickoise à un rythme jamais vu auparavant. Malheureusement, dans plusieurs cas, il était évident que les langues officielles n’étaient qu’une réflexion après-coup dans ces scénarios. »

Durant la période allant du 1er avril 2020 au 31 mars 2021, le Commissariat a reçu 230 plaintes. De ce nombre, 127 plaintes étaient recevables, soit 113 alléguant le manque de service en français et 14 alléguant le manque de service en anglais. C’est notamment le deuxième plus grand nombre annuel de plaintes recevables depuis la création du Commissariat en 2003.

Quelques avancées positives ont également eu lieu au cours de la période examinée par le rapport :

  • Deux commissaires ont été nommés afin de superviser le processus de révision de la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick au plus tard le 31 décembre 2021.
  • Une politique sur les panneaux d’affichage gouvernementaux est entrée en vigueur. Cette nouvelle politique tient compte de la composition linguistique des différentes régions du Nouveau-Brunswick et présente la langue prédominante de la région en premier.
  • Le taux d’immigration francophone a continué d’augmenter pour atteindre un nouveau sommet de 27 % du total des candidats en 2020.

Pour illustrer les efforts déployés par le Commissariat afin d’assurer la conformité avec la Loi sur les langues officielles, le rapport fait état d’une série de dossiers traités pendant l’exercice financier 2020-2021. On y retrouve des enquêtes, des plaintes résolues par l’entremise du processus alternatif de résolution, des plaintes non recevables traitées dans le cadre du mandat promotionnel de la commissaire, ainsi qu’une enquête non fondée.

« En tant que commissaire, mon rôle principal vise à assurer le respect de la Loi sur les langues officielles et à veiller au traitement égal de nos deux communautés linguistiques, » a ajouté la commissaire MacLean. « Même lorsque nous traitons un grand nombre de plaintes, je suis heureuse de constater un esprit de collaboration et un profond respect pour nos deux langues officielles et nos deux communautés linguistiques auprès de la grande majorité de nos institutions gouvernementales. Après tout, nous cherchons tous à comprendre et à être compris. »

Rapport intégral : Rapport annuel 2020-2021 du Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick

 

Renseignements pour les médias :
Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick
506-444-4229 ou 1-888-651-6444 (sans frais)
commissaire@languesofficielles.nb.ca

le 13 août 2021

Message à l’occasion de la Fête nationale de l’Acadie

Fredericton, le 13 août 2021 – Shirley MacLean, la commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick, invite toute la population néo-brunswickoise à célébrer la Fête nationale de l’Acadie ce dimanche 15 août 2021.

« Que nous soyons francophones ou anglophones, le 15 août est une journée spéciale qui nous permet de célébrer la résilience et la joie de vivre du peuple acadien, » a déclaré la commissaire MacLean. « J’invite tous mes concitoyens néo-brunswickois à profiter de cette journée pour découvrir et célébrer l’histoire, les coutumes, et la culturelle acadienne. »

Des célébrations du 15 août sont organisées dans bon nombre de villes et municipalités de la province. On y retrouve souvent de la musique traditionnelle acadienne et un tintamarre, soit une marche dans les rues en faisant du bruit afin de démontrer la vitalité et la solidarité de la société acadienne, et pour rappeler aux autres la présence des Acadiens.

« Les francophones et les Acadiens composent environ un tiers de notre province, » a rajouté la commissaire MacLean. « C’est en nous connaissant et en apprenant à nous comprendre que nous allons réussir à rapprocher nos deux communautés linguistiques. Bon 15 août à tous! »

 

Renseignements pour les médias :
Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick
506-444-4229 ou 1-888-651-6444 (sans frais)
commissaire@languesofficielles.nb.ca

le 15 juillet 2021

Recommandations pour l’amélioration de la Loi sur les langues officielles

Fredericton, le 15 juillet 2021 – La commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick, Shirley MacLean, a présenté ses recommandations dans le cadre de la révision de la Loi sur les langues officielles. Dans un mémoire intitulé, Améliorer la Loi sur les langues officielles, améliorer le respect des droits linguistiques, la commissaire formule 23 recommandations afin d’améliorer la Loi et d’assurer une progression vers l’égalité réelle des deux langues et des deux communautés linguistiques officielles.

« La révision de la Loi sur les langues officielles est une occasion de renforcer la Loi afin de protéger nos langues officielles, » a déclaré la commissaire MacLean. « Étant donné notre travail étroit avec la Loi, le Commissariat aux langues officielles est en mesure d’identifier les aspects de la Loi à améliorer afin d’assurer le respect des droits linguistiques dans notre province. »

Les sujets suivants se retrouvent parmi les 23 recommandations émises dans le mémoire du Commissariat :

  • une série de recommandations afin de clarifier les obligations linguistiques des gouvernements locaux;
  • l’ajout dans la Loi du droit des fonctionnaires provinciaux de travailler dans la langue officielle de leur choix;
  • la désignation d’un Secrétariat aux langues officielles, un organisme gouvernemental responsable d’appuyer le premier ministre dans l’application de la Loi;
  • l’exigence du bilinguisme pour toute nouvelle nomination de haut fonctionnaire de l’Assemblée législative;
  • la modification du mandat du commissaire de sept ans à dix ans, non renouvelable; et
  • une série de recommandations afin d’améliorer le respect de la Loi et des recommandations émises par le commissaire.

La commissaire MacLean a présenté ses recommandations à la juge Yvette Finn et à M. John McLaughlin le mercredi 14 juillet. Ces deux commissaires indépendants ont été nommés par le premier ministre plus tôt cette année pour entreprendre une révision de la Loi sur les langues officielles d’ici le 31 décembre 2021.

« J’ai confiance que les commissaires Finn et McLaughlin étudieront les recommandations du Commissariat de près, » a poursuivi la commissaire MacLean. « La Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick met en œuvre des obligations qui découlent de la Constitution canadienne, le plus important document légal au pays. Il est primordial que cette révision améliore les droits linguistiques de la population néo-brunswickoise. La Loi sur les langues officielles doit évoluer tout comme nos deux langues officielles le font. »

Mémoire intégral : Améliorer la Loi sur les langues officielles, améliorer le respect des droits linguistiques
Mémoire du Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick concernant la révision de la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick

 

Renseignements pour les médias :
Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick
506-444-4229 ou 1-888-651-6444 (sans frais)
commissaire@languesofficielles.nb.ca

le 11 février 2021

La situation linguistique au Nouveau-Brunswick : des tendances préoccupantes et quelques signes encourageants

Moncton, le 11 février 2021 – Des actions sur plusieurs fronts sont nécessaires pour atténuer ou renverser certaines tendances préoccupantes concernant les langues officielles au Nouveau-Brunswick, particulièrement en ce qui a trait à la communauté de langue française. Voici les conclusions d’une étude menée par l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques pour le compte du Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick.

« Malgré les protections législatives et constitutionnelles qui existent au Nouveau-Brunswick, il est préoccupant de constater le déclin du français, langue minoritaire dans notre province, » a remarqué la commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick, Shirley MacLean. « La Loi sur les langues officielles reconnait qu’en vertu de la constitution canadienne, la province a le pouvoir de favoriser la progression vers l’égalité du statut de nos deux langues officielles. Ce rapport contient des constats importants qui peuvent servir à influencer les politiques publiques pour renforcer l’égalité entre nos deux communautés linguistiques. »

Le rapport intitulé La situation linguistique au Nouveau-Brunswick : des tendances préoccupantes et quelques signes encourageants, préparé par Dominique Pépin-Filion avec la collaboration de Josée Guignard Noël,  brosse le portrait de la situation des langues officielles et de la minorité linguistique du Nouveau-Brunswick en se basant sur les thèmes et les données présentées dans le cadre du Programme du recensement, dont les données les plus récentes datent de 2016.

« Cette étude cherche à répondre à la question « Comment se portent les langues officielles de la province? » » a affirmé Éric Forgues, Directeur général de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques. « Le rapport explore plusieurs variables, notamment l’usage privé et public des langues par les personnes, leur connaissance des langues, et le bilinguisme individuel. Il examine également la situation de la communauté minoritaire francophone dans la province et les facteurs qui influencent sa pérennité, dont l’assimilation linguistique, la transmission du français, la migration, et l’immigration. »

Le rapport aborde sept grands thèmes :

L’évolution des langues officielles : stabilité de l’anglais, mais lent déclin du français

On assiste toujours au lent recul du poids relatif de la communauté de langue française. Le pourcentage de Néo-Brunswickois de langue maternelle française a atteint un creux à 31,9 % en 2016, comparativement à 33,8 % en 1971, alors que le pourcentage de personnes de langue maternelle anglaise est resté stable à environ 65 % de la population depuis 1971.

Les langues au foyer et leur transmission : l’anglicisation à la hausse, mais des signes encourageants pour le français

Moins de 9 francophones sur 10 (86,8 %) parlaient le plus souvent leur langue maternelle à la maison comparativement à la presque totalité des anglophones (98,5 %). Toutefois, les francophones en couple mixte, surtout les mères, transmettent de plus en plus le français à leurs enfants. C’est maintenant plus de la moitié (52,8 %) des enfants de mères francophones en couple mixte qui se sont vu transmettre le français comme langue maternelle, alors que ce pourcentage était de 43,8 % en 2001.

La vitalité des langues officielles : l’écart entre l’anglais et le français continue de se creuser

Le nombre de personnes parlant principalement l’anglais à la maison en 2016 dépassait de 7 % le nombre de personnes de langue maternelle anglaise dans la province. En contrepartie, le nombre de personnes parlant principalement le français à la maison était inférieur de 11 % au nombre de personnes de langue maternelle française.

Le bilinguisme individuel stagne depuis plus d’une décennie

Pratiquement 250 000 personnes se déclaraient bilingues (anglais-français) au Nouveau-Brunswick en 2016, soit le tiers (33,9 %) de la population de la province. Le taux de bilinguisme stagne à 33 % depuis une quinzaine d’années au Nouveau-Brunswick. Les francophones représentaient les deux tiers (66,7 %) des Néo-Brunswickois bilingues en 2016, alors que les anglophones en constituaient presque le tiers (29,0 %).

Les langues officielles au travail

L’utilisation de l’anglais dans le monde du travail néo-brunswickois était en augmentation constante depuis 2001 (+1,3 point de pourcentage), alors que l’usage du français avait légèrement diminué (-0,3) en comparaison à 2001. Ainsi en 2016, 89,0 % des Néo-Brunswickois parlaient l’anglais au moins régulièrement au travail comparativement à 36,7 % qui parlaient le français.

Les migrations des francophones et des anglophones au pays : des apparences trompeuses

Les taux de migration des anglophones étaient environ deux fois plus élevés que ceux des francophones entre 2011 et 2016. Par exemple, 5,5 % de la population anglophone, mais seulement 2,7 % des francophones de la province avaient quitté le Nouveau-Brunswick au cours de cette période.

L’immigration et les langues officielles

Au Nouveau-Brunswick, la poussée de l’immigration récente a contribué à faire monter le taux d’immigration provincial de 3,1 % en 2001 à 4,6 % en 2016. En 2016, les taux d’immigration au sein des deux communautés de langue officielle étaient de 5,5 % chez la majorité anglophone, mais de seulement 2 % chez la minorité francophone. En 2016, 91,8 % des habitants de la province nés à l’étranger connaissaient l’anglais, comparativement à seulement 24,8 % qui connaissaient le français.

Rapport intégral : La situation linguistique au Nouveau-Brunswick : des tendances préoccupantes et quelques signes encourageants

 

Renseignements pour les médias :
Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick
506-444-4229 ou 1-888-651-6444 (sans frais)
commissaire@languesofficielles.nb.ca

le 16 décembre 2020

La commissaire MacLean dépose son premier rapport annuel

Fredericton, le 16 décembre 2020 – La commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick, Shirley MacLean, a déposé son premier rapport annuel depuis son entrée en fonction en janvier 2020. Traitant de l’exercice financier 2019-2020, le rapport résume les plaintes reçues durant l’exercice en question, donne un aperçu des suggestions du Commissariat relativement à la révision de la Loi sur les langues officielles (LLO) à venir, et souligne les activités de promotion entreprises dans le cadre du 50e anniversaire de la LLO en 2019.

« La pandémie de la COVID-19 nous a démontré que nous avons encore beaucoup de chemin à faire afin d’atteindre une égalité réelle entre nos deux langues officielles au Nouveau-Brunswick, » a déclaré la commissaire MacLean. « Pendant le premier mois de la pandémie en mars 2020, le Commissariat a reçu de nombreuses plaintes relatives aux points de presse gouvernementaux sur la COVID-19. Étant donné l’attention immédiate que méritait cette situation, notre bureau a formulé des recommandations par l’entremise du processus alternatif de résolution des plaintes. En temps de crise, il est important d’assurer un traitement égal aux deux langues officielles de la province. Une langue qui n’est disponible que par la voie de l’interprétation n’est pas traitée d’une manière égale à l’autre. »

Durant la période allant du 1er avril 2019 au 31 mars 2020, le Commissariat a reçu 133 plaintes. De ce nombre, 62 plaintes étaient recevables, soit 53 alléguant le manque de service en français et neuf alléguant le manque de service en anglais.

En vertu de la Loi sur les langues officielles, le premier ministre est tenu d’entreprendre un exercice de révision de cette dernière, lequel doit être terminé au plus tard le 31 décembre 2021. Le rapport annuel 2019-2020 comprend 12 recommandations afin de bonifier la LLO de façon à permettre une progression vers l’égalité des deux langues et des deux communautés linguistiques officielles du Nouveau-Brunswick. Entre autres, la commissaire propose :

  • de préciser les obligations des services de police,
  • d’inscrire dans la LLO le droit des fonctionnaires provinciaux de travailler dans la langue officielle de leur choix, et
  • la mise en œuvre de mesures pour améliorer la conformité à la LLO, notamment des délais précis pour les réponses aux rapports d’enquête et la possibilité de conclure des ententes exécutoires avec les institutions qui contreviennent régulièrement à la LLO.

En 2019, le Nouveau-Brunswick célébrait le 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles. Le Commissariat a créé une série de vidéos promotionnelles afin de marquer l’occasion. Les vidéos ont souligné les nombreux avantages qu’apportent les deux langues officielles ainsi que l’importance de se prévaloir d’un service public dans la langue de son choix. Elles ont aussi rendu hommage à tous ceux et celles qui font l’effort d’apprendre l’autre langue officielle. Diffusées en ligne et à la télévision, ces vidéos ont été visionnées plus de 100 000 fois.

« J’ai énormément appris pendant mes premiers mois en tant que commissaire aux langues officielles, » a ajouté la commissaire MacLean. « Pendant mon mandat, je souhaite non seulement protéger les droits de toute la population néo-brunswickoise en matière de langues officielles, mais aussi être en mesure de faciliter de nombreux échanges. Car c’est ainsi que nous apprendrons à nous comprendre afin de favoriser le respect pour nos deux communautés linguistiques officielles. »

 

Renseignements pour les médias :
Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick
506-444-4229 ou 1-888-651-6444 (sans frais)
commissaire@languesofficielles.nb.ca

le 18 novembre 2020

Les langues officielles et le pouvoir de la Législature

La lettre d’opinion ci-dessous a été envoyée aux quotidiens du Nouveau-Brunswick le 12 novembre 2020 par la commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick, Shirley C. MacLean, c.r.

Nous avons bien des raisons d’être fiers de notre province. Cette fierté d’appartenance résonne dans toutes les régions du Nouveau-Brunswick pour diverses raisons : notre belle qualité de vie, notre diversité culturelle, nos nombreuses merveilles naturelles, notre peuple chaleureux et accueillant.

Nous devrions tous aussi être fiers que notre province soit la seule à reconnaitre le français et l’anglais comme ses deux langues officielles. En fait, la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick, premièrement adoptée en 1969, a même été adoptée avant la Loi sur les langues officielles fédérale. Nous sommes à cet égard des véritables pionniers à l’échelle du pays.

Il existe cependant beaucoup de méconnaissances par rapport à la Loi sur les langues officielles et du bilinguisme officiel au Nouveau-Brunswick. À l’aube de la rentrée parlementaire à Fredericton, je fais appel à nos législateurs, tant chevronnés que nouveaux, à défendre les droits linguistiques pour tous les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises.

Les droits linguistiques dans notre province vont au-delà de simples droits, ils sont des obligations en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés. Selon les dispositions de la Charte, le français et l’anglais sont les langues officielles du Nouveau-Brunswick et ils ont un statut et des droits et privilèges égaux quant à leur usage dans toutes les institutions de la Législature et du gouvernement du Nouveau-Brunswick. La constitution canadienne confirme également le pouvoir de la Législature et du gouvernement du Nouveau-Brunswick de favoriser la progression vers l’égalité du statut, des droits et des privilèges des deux langues officielles de notre province.

Bien qu’il relève de mon mandat d’enquêter, de présenter des rapports, et de faire des recommandations visant le respect de la Loi sur les langues officielles, mon rôle est aussi de promouvoir l’avancement des deux langues officielles dans la province. Cela dit, il incombe également à nos législateurs provinciaux à favoriser la progression de nos deux langues officielles telle qu’inscrite dans la Charte.

Il est facile de constater une division linguistique à l’heure actuelle dans notre province. Comme l’a si bien dit Bernard Richard dans un éditorial au sujet des deux communautés linguistiques du Nouveau-Brunswick à la suite des élections du 14 septembre dernier : « La réalité demeure qu’on se connaît mal et qu’on ne se comprend pas. »

C’est dans cette optique que j’invite nos élus provinciaux à donner l’exemple à suivre et à se renseigner sur le cadre législatif des langues officielles dans notre province, et de surcroît d’aller encore plus loin et revisiter et chercher à comprendre l’historique culturel ayant mené à la création d’un Nouveau-Brunswick bilingue. Bref, il ne faut pas simplement comprendre les droits linguistiques, mais aussi saisir pourquoi ces droits existent.

La soixantième législature du Nouveau-Brunswick, qui sera entamée dans les prochains jours, présente une occasion en or pour nos législateurs de démontrer un engagement réel envers les droits linguistiques. La dernière révision de la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick en 2013 exige une révision de cette dernière au plus tard le 31 décembre 2021. Cet exercice de révision permettra aux députés de sonder la population néo-brunswickoise et les experts en la matière pour cerner les modifications législatives nécessaires afin d’assurer le respect du français et de l’anglais à titre de langues officielles et d’assurer l’égalité de statut et l’égalité de droits et de privilèges des langues officielles quant à leur usage dans toutes les institutions de la province.

La Loi sur les langues officielles détient une primauté quasi totale sur les autres lois de notre province. Ce statut témoigne de l’importance accordée aux droits linguistiques au sein de notre cadre législatif. La révision de la Loi sur les langues officielles est une tâche lourde de responsabilités qui demandera un travail diligent et opiniâtre. Il faudra savoir réfuter le discours « du gros bon sens » et bonifier la loi de façon à protéger les intérêts de nos communautés linguistiques. Il faudra chercher à améliorer la loi afin d’assurer que le gouvernement respecte ses obligations constitutionnelles envers nos deux langues officielles. Car c’est en faisant progresser l’utilisation égale du français et de l’anglais dans les institutions de la province que nous contribuerons à la vitalité de nos langues officielles, et plus particulièrement à la vitalité et la protection de la langue française qui se retrouve en situation minoritaire presque partout dans la province.

Il est grand temps que nous apprenions à nous comprendre au Nouveau-Brunswick. Les différentes idéologies politiques continueront d’exister indéfiniment, et certaines régions de notre province resteront à la base plus francophones ou plus anglophones, il n’y a rien de nouveau là. Néanmoins, tous nos représentants élus doivent reconnaitre le bien-fondé et l’importance de la Loi sur les langues officielles. Cette reconnaissance à partir du siège de la démocratie au Nouveau-Brunswick ne pourra que favoriser le progrès du respect pour nos deux communautés linguistiques officielles, et contribuer à la vitalité de nos deux langues officielles.

le 14 août 2020

Déclaration de la commissaire aux langues officielles, Shirley MacLean, à l’occasion de la Fête nationale des Acadiens

Fredericton, le 14 août 2020 – La déclaration suivante a été publiée aujourd’hui par la commissaire aux langues officielles, Shirley MacLean, à l’occasion de la Fête nationale des Acadiens :

Le 15 août, nous célébrons la langue, la culture et l’histoire de nos amis et voisins acadiens.

La célébration de cette année ne ressemblera peut-être pas à celles des années passées. Néanmoins, elle servira de rappel important pour réfléchir à tout ce que le peuple acadien a donné à notre province – y compris l’identité bilingue que nous nous efforçons de protéger et de promouvoir chaque jour.

J’encourage tous les Néo-Brunswickois à être fiers de notre patrimoine acadien, ainsi qu’à reconnaître et à apprécier la valeur unique de nos deux langues qui font de nous la seule province officiellement bilingue que nous sommes aujourd’hui.

Bonne fête des Acadiens!

Renseignements :
Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick
506-444-4229 ou 1-888-651-6444 (sans frais)
commissaire@languesofficielles.nb.ca

le 4 octobre 2019

Le commissaire aux langues officielles présente son rapport annuel 2018-2019

Fredericton, le 4 octobre 2019 – Le commissaire aux langues officielles par intérim, Michel Carrier, a présenté aujourd’hui son rapport annuel pour l’exercice 2018-2019. Alors que la province célèbre cette année 50 ans de langues officielles, Michel Carrier presse le gouvernement provincial de se donner les moyens de relever les nombreux défis qui demeurent en matière d’égalité des deux langues officielles dans la province. À cette fin, le commissaire Carrier recommande que le gouvernement crée un Secrétariat aux langues officielles.

« Au cours des 50 dernières années, nous avons accompli des progrès remarquables, a déclaré M. Carrier. Mais il nous reste beaucoup de chemin à parcourir. La vitalité de la langue française est fragile, la prestation de services bilingues dans certains hôpitaux n’est pas assurée, nos deux communautés linguistiques ne profitent pas d’une manière égale de l’immigration, l’anglais est la langue de travail privilégiée dans la fonction publique, et il faut accroître les possibilités pour les gens d’apprendre l’autre langue officielle. L’ampleur de ces défis parmi d’autres requiert que le gouvernement se dote des moyens et des ressources appropriés pour les relever. »

Dans son message, Michel Carrier rappelle qu’une enquête menée par le Commissariat en 2018 a révélé que le gouvernement provincial éprouve de grandes difficultés à mettre en œuvre le Plan d’application de la LLO, un plan visant à progresser vers une plus grande égalité dans l’usage du français et de l’anglais au Nouveau-Brunswick. Le Commissariat a conclu que l’absence de structure et l’insuffisance des ressources pour mettre en œuvre le plan expliquent cette situation.

« Comment expliquer que la seule province officiellement bilingue du pays n’ait pas un organisme gouvernemental spécifique doté des pouvoirs et des ressources nécessaires pour assurer le respect des obligations contenues dans la Charte et la Loi sur les langues officielles? demande Michel Carrier. À l’occasion du 50e anniversaire de la LLO, il est temps pour notre province d’avoir un Secrétariat aux langues officielles. »

Les obligations linguistiques d’Ambulance NB

Un chapitre du rapport annuel 2018-2019 est consacré aux obligations linguistiques d’Ambulance Nouveau-Brunswick (ANB). Le Commissariat présente une rétrospective détaillée de ses interventions dans ce dossier depuis la création d’ANB en 2007. Il y est question notamment des démarches du Commissariat pour convaincre le gouvernement provincial de ne pas mettre en œuvre la décision de l’arbitre McEvoy et de maintenir la demande en révision judiciaire de cette décision.

Le commissaire Carrier est d’ailleurs très satisfait de l’issue de ce dossier. « La Cour du Banc de la Reine a annulé la décision de l’arbitre et a clairement indiqué qu’ANB doit fournir des services de qualité égale à tous les Néo-Brunswickois, anglophones et francophones, a poursuivi Michel Carrier. La décision de la Cour nous rappelle que les droits linguistiques ne sont pas négociables. »

Plaintes et enquêtes

Au cours de l’exercice 2018-2019, le Commissariat a reçu 89 plaintes admissibles. De ce nombre, 75 plaintes portaient sur des services en français et 14, sur des services en anglais. Le rapport annuel présente plusieurs résumés d’enquêtes, notamment l’une sur l’utilisation de l’outil Facebook Live sans interprétation simultanée lors d’une conférence de presse gouvernementale, l’autre portant sur les obligations linguistiques des foyers de soins de la province. L’absence d’une politique sur l’affichage gouvernemental qui tienne compte de la composition linguistique des régions est également abordée. Le commissaire Carrier croit que l’absence d’une telle politique est une conséquence directe de l’inexistence d’un organisme gouvernemental dont la responsabilité première serait d’assurer le respect de la Loi sur les langues officielles. Le commissaire attend une telle politique depuis maintenant presque 10 ans.

Des vidéos pour célébrer le 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles

Le commissaire Carrier a profité de la présentation de son rapport annuel pour annoncer la diffusion prochaine d’une série de capsules vidéo sur les médias sociaux.

« Un demi-siècle de langues officielles, voilà un anniversaire remarquable, a déclaré Michel Carrier. Il faut célébrer ce qui nous rend uniques au Canada, notre statut de seule province officiellement bilingue. »

Les deux premières capsules présenteront de courts témoignages de Néo-Brunswickois de tous les horizons. Les autres capsules rendront hommage à tous ceux et celles qui ont fait l’effort d’apprendre le français ou l’anglais.

« Nos deux langues officielles sont au cœur de notre identité collective, a poursuivi M. Carrier. Les Néo-Brunswickois, anglophones et francophones, peuvent être fiers de ce qu’ils ont accompli ensemble au cours des 50 dernières années. Ces capsules sont une façon de célébrer ce succès. »

Elles ont été produites par BrainWorks de Moncton grâce à l’aide financière des gouvernements du Nouveau-Brunswick et du Canada. Elles seront diffusées au cours des mois d’octobre et de novembre 2019.

Renseignements :
Hugues Beaulieu
Directeur général
506-444-4229 ou 1-888-651-6444 (sans frais)
hugues.beaulieu@gnb.ca

le 3 juin 2019

Un groupe de travail pour accroître les retombées économiques du bilinguisme au Nouveau-Brunswick

Moncton, le 3 juin 2019 – Le Conseil d’entreprises du Nouveau-Brunswick et le Conseil économique du Nouveau-Brunswick ont annoncé aujourd’hui qu’ils formeront un groupe de travail afin d’accroître les retombées économiques du bilinguisme dans la province. Ils mettent ainsi en œuvre la principale recommandation de l’étude du Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick, Deux langues, c’est bon pour les affaires.

Les auteurs de cette étude, l’économiste, Pierre-Marcel Desjardins, et le spécialiste en développement économique, David Campbell, ont d’ailleurs présenté une mise à jour de leur étude lors de l’annonce de la création du groupe de travail.

Deux langues, c’est bon pour les affaires présente neuf principaux avantages économiques attribuables au caractère et à la main-d’œuvre bilingues de la province. Par exemple, grâce à ses deux langues officielles, le Nouveau-Brunswick a une industrie de centres de contact avec la clientèle et de soutien administratif qui génère annuellement 1,5 milliard de dollars en revenus d’exportation et emploie plus de 15 000 personnes dans la province. Fait à noter, les personnes unilingues anglaises de la province représentent la majorité des employés de cette industrie. En effet, chaque emploi bilingue créé dans les centres de contact avec la clientèle a entraîné la création de deux emplois unilingues anglais. Parmi les autres avantages du bilinguisme, les auteurs soulignent son rôle clé dans le développement de l’industrie langagière, dans l’essor des revenus d’exportation et dans le développement de l’industrie touristique.

Les auteurs de l’étude proposent aussi des avenues pour consolider les acquis et exploiter tout le potentiel économique du bilinguisme. Enfin, ils recommandent la création d’un conseil entreprises/gouvernement pour atteindre cet objectif.

Les représentants du groupe de travail ont expliqué qu’ils veulent créer une synergie destinée à tirer davantage profit du caractère bilingue de la province. Ils ont aussi précisé que d’autres organismes pourraient se joindre à leur groupe.

Opportunités NB fournira une perspective au groupe de travail au nom du secteur du développement économique du Nouveau-Brunswick.

Citation Michel A. Carrier, commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick

Je félicite et remercie le Conseil d’entreprises, le Conseil économique et Opportunités Nouveau-Brunswick pour le leadership qu’ils ont choisi d’exercer dans ce dossier si important pour la prospérité de notre province.

Citation d’Adrienne O’Pray, PDG du Conseil d’entreprises du Nouveau-Brunswick

Le Conseil d’entreprises croit qu’il existe des possibilités encore plus grandes pour la province en termes de croissance économique encore inexploitée pour le Nouveau-Brunswick. Nous avons hâte, encore une fois, de travailler en partenariat avec le Conseil économique du Nouveau-Brunswick et Opportunités Nouveau-Brunswick afin de diversifier notre économie et de tirer parti de cet atout incroyable que représente le bilinguisme.

Citation de Thomas Raffy, PDG du Conseil économique du Nouveau-Brunswick

Le bilinguisme économique représente depuis longtemps un important dossier pour le Conseil économique du Nouveau-Brunswick et pour ses membres qui y voient un puissant levier de développement pour notre province. Comme le reconfirme cette étude, le bilinguisme de notre main-d’œuvre s’avère un atout indisputable sur lequel nous devons miser pour diversifier notre économie. Nous sommes des plus heureux de collaborer à ce groupe de travail dont les actions auront un impact réel sur notre avenir.

Citation de Stephen Lund, PDG d’Opportunités Nouveau-Brunswick

Nous reconnaissons les avantages du bilinguisme pour notre économie et son rôle important dans la stimulation des investissements du secteur privé au Nouveau-Brunswick. Nous sommes heureux que ces deux organisations travaillent ensemble à cette importante initiative.

Documentation

Infographie Deux langues, c’est bon pour les affaires

Étude Deux langues, c’est bon pour les affaires

Pour de plus amples renseignements :

Hugues Beaulieu
Directeur général 506-444-4229 ou 1-888-651-6444
Hugues.Beaulieu@gnb.ca

Donald Hammond
Vice-président par intérim Opportunités Nouveau-Brunswick
506-238-4606
Donald.Hammond@onbcanada.ca

Adrienne O’Pray
Présidente-directrice générale
Conseil d’entreprises du Nouveau-Brunswick
506-962-2575
adrienne.opray@nbbc-cenb.ca

Thomas Raffy
Président-directeur général
Conseil économique du Nouveau-Brunswick
506-857-3143
thomas@cenb.com

le 12 avril 2019

Message du commissaire aux langues officielles à l’occasion du 50e anniversaire de l’adoption de la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick

Voilà cinquante ans, le Nouveau-Brunswick est devenu une province officiellement bilingue. Une loi a été adoptée, un mouvement d’égalité a été lancé. La Loi sur les langues officielles a transformé la province.

J’étais un jeune adulte en 1969. Je suis à même de témoigner des immenses progrès que nous avons accomplis. Aujourd’hui, au Nouveau-Brunswick, la prestation de services publics dans les deux langues officielles est généralement assurée. Nos deux communautés linguistiques disposent d’institutions distinctes pour assurer leur épanouissement. Les francophones et les anglophones sont présents dans tous les domaines d’activités et à tous les échelons de responsabilité. Et le caractère bilingue de notre province génère d’importantes retombées économiques pour tous. Que de chemin parcouru en un demi-siècle!

Ce cinquantième anniversaire doit tout d’abord être l’occasion de rendre hommage à des visionnaires : les premiers ministres Louis J. Robichaud et Richard Hatfield. Tous deux étaient animés de la même vision, soit deux communautés linguistiques égales, dynamiques et vivant en harmonie. Au cours des cinq dernières décennies, des Néo-Brunswickois anglophones et francophones ont adhéré à cette vision et, grâce à un travail acharné, ont assuré sa progression. Aujourd’hui, nous remercions tous ces intervenants, enseignants, élus, fonctionnaires, juristes et citoyens qui ont grandement contribué à faire de ce noble projet une réalité.

Signe de respect, symbole d’égalité, instrument d’unité, la Loi sur les langues officielles a contribué à faire de notre province un endroit où il fait bon vivre. Bien qu’il reste encore des défis à relever, nos succès passés nous donnent les plus grands espoirs pour l’avenir.

Le Nouveau-Brunswick est la seule province officiellement bilingue du Canada. Nous devons continuer d’être un modèle pour notre pays.

Nous avons fait tout un bout de chemin et, ensemble, nous irons plus loin. Bon cinquantième!

 

Michel A. Carrier, c. r.