Fredericton, le 27 octobre 2021 – Les langues officielles continuent d’être reléguées à l’arrière-plan dans les communications liées à la COVID-19. Voilà une des principales conclusions du rapport annuel 2020-2021 de la commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick, Shirley MacLean. Son deuxième rapport, publié aujourd’hui, souligne les défis posés par la pandémie de la COVID-19, présente les principaux développements dans le domaine des langues officielles, fait état des plaintes reçues, et offre une série d’études de cas traités en 2020-2021.

« Pour une deuxième année consécutive, la pandémie de la COVID-19 a eu d’importantes répercussions sur la prestation des services dans nos deux langues officielles, » a déclaré la commissaire MacLean. « La pandémie a bouleversé la grande majorité des institutions gouvernementales de notre province. Elles ont dû adapter leurs services et communiquer avec la population néo-brunswickoise à un rythme jamais vu auparavant. Malheureusement, dans plusieurs cas, il était évident que les langues officielles n’étaient qu’une réflexion après-coup dans ces scénarios. »

Durant la période allant du 1er avril 2020 au 31 mars 2021, le Commissariat a reçu 230 plaintes. De ce nombre, 127 plaintes étaient recevables, soit 113 alléguant le manque de service en français et 14 alléguant le manque de service en anglais. C’est notamment le deuxième plus grand nombre annuel de plaintes recevables depuis la création du Commissariat en 2003.

Quelques avancées positives ont également eu lieu au cours de la période examinée par le rapport :

  • Deux commissaires ont été nommés afin de superviser le processus de révision de la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick au plus tard le 31 décembre 2021.
  • Une politique sur les panneaux d’affichage gouvernementaux est entrée en vigueur. Cette nouvelle politique tient compte de la composition linguistique des différentes régions du Nouveau-Brunswick et présente la langue prédominante de la région en premier.
  • Le taux d’immigration francophone a continué d’augmenter pour atteindre un nouveau sommet de 27 % du total des candidats en 2020.

Pour illustrer les efforts déployés par le Commissariat afin d’assurer la conformité avec la Loi sur les langues officielles, le rapport fait état d’une série de dossiers traités pendant l’exercice financier 2020-2021. On y retrouve des enquêtes, des plaintes résolues par l’entremise du processus alternatif de résolution, des plaintes non recevables traitées dans le cadre du mandat promotionnel de la commissaire, ainsi qu’une enquête non fondée.

« En tant que commissaire, mon rôle principal vise à assurer le respect de la Loi sur les langues officielles et à veiller au traitement égal de nos deux communautés linguistiques, » a ajouté la commissaire MacLean. « Même lorsque nous traitons un grand nombre de plaintes, je suis heureuse de constater un esprit de collaboration et un profond respect pour nos deux langues officielles et nos deux communautés linguistiques auprès de la grande majorité de nos institutions gouvernementales. Après tout, nous cherchons tous à comprendre et à être compris. »

Rapport intégral : Rapport annuel 2020-2021 du Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick

 

Renseignements pour les médias :
Véronique Taylor
Communications, Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick
506-444-4229 ou 1-888-651-6444 (sans frais)
Veronique.Taylor@gnb.ca